Danger

Participation à la 2ième édition du projet inter-blogueurs « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre
projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist. 
15 décembre 2015



Quand on oublie de se relire, c’est à ses risques et périls, quelques secondes d’insouciance, une peccadille, et la coquille devient crime.
Quand on écrit n’importe quoi, licence ou cuistrerie, entre boulette et bavure, c’est jouer petit, hasarder sa renommée, s’attirer le mépris. Ce peut être pire, engager sa liberté et craindre pour sa vie.
Quand on ne se soucie plus de ce qui arrive, de ses faits et gestes, on s’en remet à d’autres et ceux-là vous prendront tout.
Quand une matinée compte dix-huit heures, c’est que le temps n’a déjà plus de sens, que l’absurdité guette le système, que le vide tient lieu de principe.

Quand la circulation est interdite au-delà du raisonnable et que le contrôle devient insupportable, que la libre pensée risque d’être interdite, où alors se réfugier ?  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rêve entre les primevères

Miss Me

S silencieux