Les mots agaçants



Je te suis à la trace. Et, je l’avoue, tu m’agaces. Tu abandonnes ici et là des messages extravagants. D’autres laissaient derrière eux pour retrouver leur chemin ou revenir parmi les vivants des petits cailloux blancs. Ce n’est pas ton cas. Qu’est-ce qui ne va pas ?

« C’est des mots », veux-tu dire que ce ne sont que des mots ? Le vent les emporte, nous leur tournons le dos, nous faisons aussi la sourde oreille, les lendemains qui s’égrènent finissent par les trahir. Négligées, oubliées, les promesses, les confidences. Bafoué sans remords l’amour éternel juré devant témoins. Oui, c’est vrai, ça arrive. Souvent, trop  souvent.  Et l’être désespère, se meurt, qui sait ?


Le chagrin te donne le droit de questionner, douter d’autrui, de Dieu, des jours  à venir, pas celui de déparler. Où as-tu entendu que les mots ne signifient rien ? Et si le chagrin venait de ne pas savoir quoi dire !


Tu t’ennuies, tu languis. Tu as un feutre à la main. Les émotions te pèsent sur l’estomac, te prennent la tête, te tordent  les tripes, te restent en travers de la gorge. Mais tu te défiles, tu abuses des à-peu-près et  des faux-fuyants. Les sentiments te submergent. Et l’absence de mots te laisse sur le carreau ! Sans apprêts ni déterminants de liaison, sans qualificatifs ni compléments, la  vie se traîne, se perd en vaines circonstances, s’enlise dans les silences et les non-dits. Et alors l’absurde te prend à la gorge. Et tu t’interroges : à quoi sert de vivre ? 


Voilà sans doute ce que tes  mots veulent dire.

Cet article participe au rendez-vous mensuel « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre, projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist. 

 

Commentaires

  1. J'aime beaucoup cette interprétation et réflexion.
    Je nuancerais "Et si le chagrin venait de ne pas savoir quoi dire !' en disant que le chagrin vient aussi en ne sachant pas comment dire.
    Merci pour ta participation.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Rêve entre les primevères

Miss Me

S silencieux